Notre structure notre equipe nos services nos conseils
chezmonveto

Actualités

Vous êtes ici : 
picto

En Pologne le chef du parti au pouvoir au secours de 180 vaches sauvages

03/06/2019

« Une intervention de Jaroslaw Kaczynski, chef du parti conservateur au pouvoir en Pologne, a probablement sauvé quelque 180 vaches réduites à l'état sauvage et errant dans l'Ouest de la Pologne, que les autorités vétérinaires comptaient faire abattre.


Le ministre de l'Agriculture Jan Ardanowski a annoncé que les vaches, localisées dans la commune de Deszczno, finiraient par être internées dans une ferme d'Etat, après que M. Kaczynski et le président polonais Andrzej Duda, se sont exprimés en leur faveur.


"De très nombreuses erreurs ont été commises concernant ce troupeau de vaches devenues sauvages qui errent depuis plus de dix ans dans la voivodie de Lubusz" jouxtant la frontière allemande, a dit M. Ardanowski, remarquant au passage que les animaux n'étaient pas enregistrés, que leur état de santé était inconnu et leur reproduction "incestueuse".


Les propriétaires d'origine de ces vaches les ont laissé partir dans la nature après avoir perdu, lors d'une adjudication, la possibilité d'exploiter des pâturages, selon le portail d'information polonais oko.press.


Après plus de dix années d'inaction, l'inspection vétérinaire régionale avait estimé qu'en application des lois européennes, ces vaches devaient être abattues. Des défenseurs des animaux ont introduit un recours en justice, mais un tribunal local l'a repoussé.


L'affaire étant évoquée dans les médias, des défenseurs d'animaux se sont rendus sur place pour tenter de s'opposer à l'exécution de ce verdict.


C'est là que M. Kaczynski, connu pour ses sentiments à l'égard des animaux, et notamment des chats, s'est senti concerné.


"Je suis intervenu, parce qu'il était évident pour moi qu'il fallait sauver ces vaches. C'est une question humanitaire (...) et aussi celle de nos relations, les relations de ce gouvernement, de notre formation politique, avec la partie de la société qui y est sensible, qui aime les animaux, qui s'engage dans ce genre d'affaire", a-t-il dit mercredi à la télévision publique.


Le président Andrzej Duda a adopté la même position, se disant convaincu, sur son compte Twitter, qu'une "solution heureuse" serait trouvée "même si les régulations de l'UE imposent de tuer ces animaux", et ajoutant qu'il "croisait les doigts" pour les vaches de Deszczno. »

 

Source : AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © (2009) Agence France-Presse